Placement
Décryptage

Investir dans le cinéma : c’est maintenant !

par La rédaction - le 31/10/2019

La liste des Sofica agréées pour 2019 vient d’être publiée. Investir dans une Sofica permet de soutenir l’industrie culturelle française tout en bénéficiant d’un régime fiscal plus qu’avantageux.

La campagne 2019-2020 de souscirption des sociétés de financement de l’industrie cinématographique et de l’audiovisuel (Sofica) est lancée. Au total, 12 sociétés de capital investissement ont été agréés par le Centre national du Cinéma (CNC). Elles ont jusqu’au 31 décembre 2019 pour collecter des fonds auprès des particuliers. Ces produits rares sont particulièrement prisés des investisseurs.

Contribuer à l’exception française

Le dispositif dédié au financement du cinéma mobilise environ 60 millions d’euros chaque année. Investir dans une Sofica, c’est participer à l’activité d’un secteur dynamique. La France a la réputation d’une grande nation créatrice de cinéma indépendant et de qualité. Surtout, elle dispose d’une filière industrielle cinématographique et audiovisuelle d’excellence, rappelle le rapport Boutonnat sur le financement du cinéma rendu public au printemps dernier. Avec 300 films par an, le secteur affiche une production abondante et la fréquentation en salle reste élevée, au-delà de 205 millions d’entrées annuelles depuis 4 ans.

Un placement relativement risqué

Principal écueil de la Sofica, le capital investi n’est pas garanti. Cependant les risques sont mutualisés pour l’investisseur, car il ne s’agit pas d’investir en direct sur une production mais de souscrire à un portefeuille d’œuvres à venir via l’intermédiaire de la Sofica, une société agréée, contrôlée par des organismes publics et qui jouit d’une expertise reconnue dans le domaine cinématographique.

Compte tenu des frais de gestion prélevés par les Sofica et des inégales performances enregistrées, le rendement moyen annuel s’avère relativement faible, environ 1,9% d’après le rapport Boutonnat. De quoi décourager les investisseurs au regard de l’effort à consentir : investir dans une Sofica implique une durée de conservation minimale des parts investies de 5 ans, sans possibilité de déblocage anticipé.

Un super régime fiscal

En dépit de ces faiblesses,  la générosité du dispositif fiscal mis en place confère aux Sofica un réel attrait, notamment grâce à avec une réduction d’impôt pouvant aller jusqu’à 48 % des sommes investies. En effet, la réduction de base de 30 % est majorée à 36 % si la Sofica choisie investit au moins 10 % de sa collecte dans le capital de sociétés de réalisation pour financer l’étape de développement. L’avantage fiscal passe à 48 % pour les souscriptions de parts de Sofica qui, comme les sociétés précédentes, réalisent au moins 10 % de leur investissement  directement dans le capital de sociétés de réalisation et s’engagent en outre à consacrer 10 % de ses investissements à des dépenses de développement de fiction, d’animation, de documentaires ou d’animation sous forme de série ou de contrats d’association à la production pour des œuvres à l’étranger.

En pratique l’ensemble des Sofica agréées chaque année remplissent ces conditions. Enfin les Sofica ouvrent droit à niveau de plafond plus élevé. La réduction d’impôt est prise en compte dans la double limite de 25% du revenu global de l’investisseur et d’un plafond de 18 000 euros (au lieu de 10 000 euros en droit commun)

La rédaction

Voir tous ses articles

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de Parangon Patrimoine et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fin de personnalisation des contenus, mesure d'audience, statistiques, partage sur les réseaux sociaux, profilage et publicité ciblée. En savoir plus

Ok, J'accepte